Samedi 6 avril 20h30 au Parvis des Esserts - Planet Earth de Johan de Meij - en collaboration avec la compagnie ALPS et l'ensemble vocal AMABILE - 1ère partie : L'Orchestre du Grand Stage de l'UFM74

L'orchestre d'Harmonie de Cluses donne vous donne rendez-vous pour ce concert exceptionnel gratuit, la 3ème Symphonie de Johan de Meij, pour grand orchestre d'harmonie et chœur de femmes.

Ce concert lance les festivités du 177ème Festival des Musiques du Faucigny qui aura lieu le dimanche 30 juin à Cluses.
Il sera précédé à 15h45 d'une commémoration à la stèle de François Curt (fondateur de la Fédération des Musiques du Faucigny en 1836) et de l'assemblée générale de la fédération à 17h au Parvis des Esserts.

Après avoir joué Big Apple de Johan de Meij en janvier 2008, Patrick MONTESSUIT (directeur de l'Orchestre d'Harmonie de Cluses) souhaitait renouveler cette fabuleuse expérience qui avait réuni de nombreux amis musiciens du département. Il a pensé que le concert donné à l’occasion de l'assemblée générale de Quasimodo de la Fédération des Musiques du Faucigny serait une excellente occasion pour monter un projet fédérateur rassemblant, entre autres, de nombreux musiciens des orchestres d'harmonie de la fédération.
Il a choisi pour cela une autre composition de Johan de Meij, la Symphonie n°3, Planet Earth composée en mars 2006 à la demande de l'Orchestre Symphonique du Nord des Pays-Bas pour orchestre symphonique et chœur de femmes. Johan de Meij a ensuite réalisé l'adaptation pour Grand Orchestre d'Harmonie au Palais de la Musique d'Altéa (Espagne) en décembre 2006.

Cette Symphonie n°3 est une ode dédiée, non pas à une ville ou une région en particulier, mais à la terre entière, à sa fascinante apparence et beauté. Le titre « Planet Earth » (Planète Terre) fait référence aux célèbres « Planètes » (The Planets) de Gustav Holst, une suite qui dépeint l'ensemble des planètes à l'exception de la terre.Johan de Meij a utilisé des sons numériques (samples avec un dispositif sonore 5.1) qui servent de lien entre les trois mouvements de la composition, une technique déjà utilisée précédemment dans la Symphonie « The Big Apple » (sons urbains).

Pour pouvoir jouer cette œuvre, l'orchestre d'harmonie de Cluses a dû faire appel à de nombreux amis musiciens du département pour créer un grand orchestre de plus de 95 musiciens issus en majorité d'orchestres d'harmonie du Faucigny. Les effectifs des cuivres sont à la hauteur de l'intensité qui se dégage de cette magnifique œuvre : 4 euphoniums, 4 contrebasses, 8 trombones, 9 trompettes et ...10 cors d'harmonie ! Pour la première fois, l'orchestre sera également complété par 2 violoncellistes.

 

Le chœur de femmes sera lui constitué de 18 choristes, issus de la compagnie de chanteurs ALPS (Atelier Lyrique des Pays de Savoie) composée de choristes de toute la région Rhône-Alpes, et de l'ensemble vocal féminin AMABILE,qui réunit huit voix de femmes partageant la même exigence artistique et le bonheur d'interpréter la musique vocale.

Les samples, la sonorisation de certains instruments et le dispositif sonore 5.1 seront assurés par Enzo d'Agostino qui connaît bien l'orchestre pour avoir déjà travaillé sur d'autres projets.

Cette symphonie a inspiré, Jean-Charles MORENO, conjoint d'une musicienne et père de 2 musiciens, qui pour l'occasion a réalisé une magnifique vidéo qui emportera le public à la découverte de notre planète.

 

La première partie sera assurée par l'orchestre du grand stage organisé par l'UFM74 (Union des Fédérations de Musique de Haute-Savoie), sous la direction de Pierre LANFREY.

Télécharger le programme du concert

 

Les participants de cette soirée

ALPS est une compagnie de chanteurs, recrutés dans la région Rhônes-Alpes, qui crée et met en scène ses spectacles musicaux à partir du répertoire existant ou d'œuvres nouvelles.
ALPS utilise des espaces scéniques traditionnels ou atypiques, promeut l'art lyrique grâce à des répétitions ouvertes, des actions pédagogiques et des rencontres avec le public.
Les artistes sont des professionnels du monde musical, des instrumentistes, peintres, danseurs ou photographes...
ALPS est en résidence à Alby sur Chéran (74), porte des Bauges, et développe ainsi les actions musicales au sein de la commune et de l'intercommunalité. Nous sensibilisons le jeune public à l'Art Lyrique en intervenant dans les écoles, les collèges, ainsi qu'en créant un partenariat avec l'école de musique.
Annie Tasset . . . . Direction artistique et mise en scène
Odile Malvezin . . Pianiste, chef de chant

Nous construisons des spectacles pour un public qui, sur son territoire, n’a pas accès au théâtre lyrique en mêlant l’enthousiasme et la compétence toute neuve de jeunes professionnels encadrés par des artistes chevronnés.

Annie TASSET, Directrice Artistique

L'ensemble vocal fémininAmabile,qui réunit huit voix de femmes partageant la même exigence artistique et le bonheur d'interpréter la musique vocale.
Après ses 4 concerts hauts-savoyards depuis octobre 2012 , Amabile envisage un programme romantique allemand avec piano pour la saison prochaine.

L'orchestre du Grand Stage de l'UFM74
Les musiciens  de cet orchestre, issus des orchestres d’harmonies, d’écoles de musiques et de conservatoires de toute la Haute Savoie, ont entre 14 et 21 ans. Il est reconstitué chaque année d'instruments à vents c'est à dire qu'il se compose de la famille des bois (Hautbois - Flûtes - Clarinettes - Saxophones - Bassons), des Cuivres (Trompette - Cors - Trombones - Tubas et Contrebasse) et enfin des Percussions.
Cet orchestre est voulu par la fédération, son chef et son équipe pédagogique comme un outil de travail au service des harmonies du département. Il a pour fonction de perfectionner les jeunes musiciens du département et de leur donner l'envie de jouer afin qu'ils soient les moteurs pour leurs harmonies respectives.
Le travail qui y est accompli s'oriente vers un répertoire d'orchestre original ou adapté (Musiques originales, arrangées, musiques de films, de jazz ou de variété). Les pièces choisies comportent toutes un objectif bien déterminé (justesse, couleurs de l'harmonie, technicité et encore bien d'autres).

Le but du travail est de donner un aperçu lors des concerts effectués principalement en fin de stage de mise au point mais aussi tout au long de l'année lors de concerts programmés au cours de sessions extraordinaires (congrès fédéral...). Ces concerts sont voulus de qualité "malgré" la joie et la bonne humeur de chacun(e) et les liens quasi fraternels qui unissent les musiciens entre eux.

L'orchestre se constitue et se renouvelle chaque année lors de sa session de stage estival. C'est également l'occasion de renouveler le répertoire. Deux semaines en août sont consacrées au travail du répertoire et du son de l'orchestre. Ces deux semaines alternent travail et détente afin d'unir le groupe.

Découvrez cet orchestre en vidéo

 

Johannes Abraham (Johan) de Meij (né le 23 novembre 1953 à Voorburg) est un chef d'orchestre, tromboniste et compositeur néerlandais. Sa plus célèbre composition est la symphonie le Seigneur des Anneaux, inspirée du roman du même nom de J. R. R. Tolkien. Son catalogue comprend des œuvres originales, des transcriptions d'œuvres symphoniques, des arrangements de musiques de films et de comédies musicales...en savoir plus.

Johan de Meij a composé 3 symphonies. Sa première « The Lord of the Rings » (Le Seigneur des anneaux) est basée sur la trilogie du même nom de J.R. R. Tolkien. Sa deuxième symphonie, The Big Apple (La Grosse pomme) est une ode à New York et à ses nombreuses facettes. Sa Symphonie n°3 (Planet Earth) est aussi une ode dédiée, non pas à une ville ou une région en particulier, mais à la terre entière, à sa fascinante apparence et beauté.
Le titre Planet Earth (Planète Terre) fait référence aux célèbres Planètes (The Planets) de Gustav Holst, une suite qui dépeint l'ensemble des planètes à l'exception de la terre. Planet Earth reprend précisément là ou Gustav Holst s'était arrêté, au sens propre comme au sens figuré. Si « les planètes » se terminent par un chœur de femmes à six voix et grand orchestre, l'instrumentation du début du premier mouvement de Planet Earth (Lonely Planet - « La planète solitaire ») s'inscrit dans la même veine. Dans le mouvement d'ouverture, la planète solitaire se dévoile à travers le Big Bang, prodigieuse explosion qui nous propulse dans l'immensité de l'univers. Comètes et planètes tournent autour de nos têtes et nous frôlent dans un enchaînement sonore diffusé par des enceintes placées sur scène.
Johan de Meij a utilisé des sons numériques (samples avec un dispositif sonore 5.1) servant de lien entre les trois mouvements de la composition, une technique déjà utilisée précédemment dans la Symphonie The Big Apple (sons urbains). Dans le mouvement central (Planet Earth), les sons cosmiques sont remplacés par l'image bucolique d'un vol d'oiseaux au-dessus des sublimes paysages de notre planète. Ce second mouvement témoigne aussi de l'intense énergie et de la force spirituelle qu'insuffle la vie au compositeur. Le mouvement final de la Symphonie est une ode à la déesse Gaia, la Terre-Mère (Mother Earth), qui lui a été inspirée par l'hymne à Gaia, écrit en grec ancien par le poète Homère. L'hymne homérique loue la beauté et la vitalité de la terre. Sa Symphonie se conclut par cette cantate, véritable apothéose puisée au plus profond de lui-même. Musiciens et chanteurs contribuent ensemble à la réalisation de cette majestueuse ode finale. Chanté au sommet de la voix, le texte original d'Homère, vieux de plusieurs siècles, résonne comme un hymne infini :  « Je chanterai Gaia, Mère de tous ! ».
Cette symphonie n°3 a été récompensée du deuxième Prix du Concours International de Composition de Corciano en Italie.

Site officiel de Johan de Meij

La suite des festivités